Nouvelle alternative dans la fabrication d’organes réglants?

Si la fuite interceptée par le bloghorloger.ch se confirme, un nouvel acteur sérieux entrerait dans l’univers des assortiments – le cœur réglant des montres – à même de produire immédiatement. Il se murmure dans les couloirs de l’avant BaselWorld 2012, qu’une solution de production industrielle d’assortiments (ancre, roue d’ancre, balancier-spiral réglé) aurait été mise au point dans le plus grand secret (avec au bout quelques brevets) par la très discrète mais véritable manufacture Concepto Watch Factory SA à La Chaux-de-Fonds, dont la réputation n’est plus à faire et qui dispose déjà de 5  familles de calibres.  Dans un premier temps la production pourrait atteindre les 300 à 400 milles unités pour passer, très rapidement et grâce à une duplication des cellules de production, à des quantités qui pourront représenter une bouée de sauvetage pour un certain nombre de marques qui souffrent de la rareté de l’offre sur le marché horloger. Si la fiabilité de cette nouvelle offre s’avérait de niveau équivalent, il s’agirait d’une véritable bouffée d’oxygène, doublée d’un méga soupir de soulagement, pour les marques qui, en raison de leur dépendance au leader du marché voient leur croissance menacée, voir leur existence compromise. Peut-être en saurons-nous plus à Bâle dès le 7 mars 2012, en allant interroger certaines de ces marques qui, pour des raisons évidentes de prospection, pourraient bien être contactées…. A suivre.

Rachat de La Joux-Perret par les Japonais

Selon l’ATS. Acteur indépendant de la fabrication de mouvements mécaniques, La Joux-Perret fait partie de Prothor, également propriétaire de Prototec (composants) et de la marque haut de gamme Arnold & Son. Cette holding chaux-de-fonnière et ses 160 collaborateurs viennent d’être rachetés par Citizen Watch, filiale de Citizen Holding basée à Tokyo. Ça fait plaisir de voir qu’en raison d’un savoir-faire rescapé de la crise des années 70, à l’heure où le secteur avait perdu deux-tiers de ses emplois en raison de l’arrivée de la montre à quartz (japonaise), ce sont les capitaux du soleil levant qui viennent en ces terroirs éclairer l’actualité d’un secteur contraint de réfréner toute tentation de délocalisation. Et les Japonais oeuvreront certainement plus encore que certains, pour la bonne tenue d’un swiss made sans cesse plus attractif.